Ma route des vins de l'Aude


Aller au contenu

Menu principal:


Armissan

Patrimoines culturels et historiques > Armissan

- LA " MURAILLASSE " :

La " Muraillasse " est le nom actuel d'un lieu-dit près du Domaine de Cazeneuve. C'est à cet endroit que fût construite une chapelle, au IXe siècle, qui abritait un prieur et plusieurs religieux. Elle s'appelait " Saint-Pierre del Lec " en raison du fait que la Clape était autrefois " l'Ile del Lec ".Au XIe siècle le Prince Noir incendia le bâtiment. Et le vestige qui reste, est bien un pan de mur de l'église " Saint-Pierre del Lec ".

- L'EGLISE :

Après la destruction par les mercenaires à la solde du Prince Noir de l'église " Saint-Pierre del Lec ", un autre prieuré fût construit à côté du fort. En 1404, dans les registres du Vatican, l'église Saint-Etienne d'Armissan est mentionnée. Au cours d'un hiver rigoureux, en 1729, l'église s'écroula sous le poids de la neige. Elle fût restaurée en 1865.

- LES MOULINS :

Il existe encore des reliques de trois moulins : le moulin du Rossignol (1790), du Catou (1802) et le moulin du bas (1824). Les meuniers, à l'époque, formaient une caste à part, ils ne vivaient et se mariaient aussi qu'entre eux. Ils étaient plus souvent bien plus riches que les autres villageois. Il y a donc 3 moulins à Armissan en 3 ans d'intervalle, cela s'explique par la politique menée par Bonaparte, en 1800, de produire plus de céréales à fin d'éviter, en cas d'intempéries ou de mauvaises récoltes, que le prix du blé ne double.

- LES CAPITELLES :

Ces constructions en pierres intriguent toujours les visiteurs. La capitelle est rarement un habitat permanent, c'est plutôt un abri destiné à accueillir temporairement outils, matériaux, ou personnes. Construite sur un terrain souvent ingrat aux époques de grands défrichements (garrigues, maquis, taillis…), elle emploie comme matériau de construction ce que livrent le défonçage et l'épierrement du lieu. Il s'agit très souvent de calcaire mais on trouve aussi, selon la géologie locale, du schiste, du grès, du granit, ou même du basalte. Les cabanes de pierre sèche actuellement debout ne sont pas d'époque préhistorique, ni attribuables aux Gaulois, aux Romains ou aux hommes du Moyen Age. Elles datent d'une période qui s'étend à peu près du XVIIe siècle au début du XXe siècle.
Elles sont l'œuvre de paysans, vignerons, cultivateurs, charbonniers, voire simples ouvriers accédant à la propriété de quelques arpents d'une pauvre terre à défricher. Certains sont devenus des spécialistes connus et sollicités, des sortes de maçons à pierre sèche, et ont pu user de ce savoir-faire comme activité secondaire.


- LES MAISONS DU VILLAGE :
Au-dessus de certaines portes de maisons se trouvent des coquilles Saint-Jacques faisant penser que certains pèlerins se sont installés à Armissan après leur long périple.


ATTENTION L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE | montsarratchristophe@gmail.com

Retourner au contenu | Retourner au menu