Ma route des vins de l'Aude


Aller au contenu

Menu principal:


Château de Montflin

Caves, caves coopératives, domaines > Peyriac de Mer

HISTORIQUE :

La Grèce Antique n'est certainement pas étrangère à l'arrivée, dans notre région, de cette plante ligneuse chère à Dyonisos. Les premiers plants auraient été amenés lors de l'implantation de comptoirs grecs et étrusques sur le littoral, quelques six siècles avant notre ère.

La colonisation romaine avec l'aménagement de la Via Domitia reliant la Narbonnaise à Rome, marquera d'une manière décisive le développement de la vigne dans le midi méditerrannéen.

Les premiers oenophiles déclarés vantant les mérites des vins de Narbo Martius ont pour noms : Pline, Cicéron et Columelle. Le succès est tel que la région deviendra la cave à vin de Rome, Baterae (Béziers) fournissant les amphores.

A la fin du 1er siècle de notre ère, Domitien par un édit célèbre interdit toute nouvelle plantation et, précurseur des mesures protectionnistes, impose l'arrachage de la moitié du vignoble. C'est le début du déclin de la Narbonnaise qu'accélèreront les invasions barbares.

Puis, avec l'avènement de la religion chrétienne, l'Eglise s'intéresse à nouveau à la vigne et dès le début du VIIIème siècle, les abbayes et les monastères soignent leurs vignobles et entament la rénovation et le défrichage de milliers d'hectares.

Le vignoble commence à reprendre racine et sa renaissance va démultiplier les réseaux commerciaux à la faveur du développement des échanges qui porteront les vins du midi jusqu'en Russie et en Ecosse.

Au XVII ème siècle, l'ouverture du canal du midi consacrera cette politique.
En 1729, les Etats du Languedoc font soumettre à la signature royale un arrêt organisant la production et le commerce des vins et eaux de vie, c'est l'un des premiers exemples d'organisation viti-vinicole en France.

Malheureusement avec la révolution industrielle, la quasi-totalité des 3000 km2 des Corbières se couvrent de vignes pour une production d'abondance d'un vin bon marché au détriment de la qualité. C'est le début d'une lente agonie de la qualité dans la région.

Mais au XXème siècle, après un travail assidu sur les cépages et leur renouvellement, une démarche d'amélioration de la qualité des vins, aboutit en 1985 à l'obtention de l'Appellation d'Origine Contrôlée Corbières.

Le CHATEAU MONTFIN, acquis en septembre 2002, a depuis fait l'objet de lourds investissements par ses actuels propriétaires.
Ainsi pour équiper la cave, Jérôme et Raymond ESTEVE ont choisi une cuverie inox thermorégulée offrant une parfaite hygiène et une totale maîtrise de la température des moûts lors des vinifications.

Un chai d'une cinquantaine de barriques en chêne français (en provenance des forêts de l'Allier) a progressivement été mis en place pour l'élevage de certaines cuvées.

Parallèlement, ils se sont attachés à constituer un vignoble des plus riches alliant cépages traditionnels et cépages dits "améliorateurs".
En effet depuis 2002, le vignoble d'origine s'est enrichi notamment de vieilles vignes de carignans de plus de 70 ans d'âge.

CEPAGES :

Les différents cépages présent sur le vignoble sont :
- Syrah
- Carignan
- Grenache
- Mourvèdre
- Cinsault

LES VINS :

Cuvée Julie 2006 :

Une jolie robe d'un rouge carmin, un nez à dominante épicée, une bouche ample, très ronde, une touche de bois discrète, un soupçon de cuir, très vanillée en attaque qui évolue sur des notes de fruits d'épices, un bon tanin très droit.

Cuvée Mathilde 2005 :


La bouche est très douce, souple en attaque avec beaucoup de gras et un tanin bien fondu. Elle débute sur des saveurs de fraises et évolue ensuite sur des notes d'épices douces avec une finale très longue sur des impressions de garrigue.

Cuvée Margot 2004 :

Une robe brillante, d'un rouge grenat.
Le nez révèle des senteurs d'épices et de truffe.
La bouche est ronde et souple avec une touche de réglisse en finale.

Cuvée Margot 2005 :

Une robe rubis foncé à reflets rouge brique
Un nez puissant, complexe et original, mêlant des senteurs de fève de cacao et de fruits à l'eau de vie, et des notes très fraîches de petits fruits rouge.
La bouche confirme cette impression de fraîcheur, on y retrouve ces arômes de fruits rouges bien soutenus par des tanins assez craquants.

SHIRAZZ 2004 :

Une jolie couleur rubis foncée, bien limpide. Un nez original et plutôt fin avec des senteurs de petits fruits rouges (griottes et fraises) et de garrigue, les notes boisées n'arrivent qu'en second (moka, noisette grillée). Une bouche ronde avec un tanin très fondu.

Carignena de Montfin 2004 :

Une belle couleur d'un rouge rubis éclatant, un nez de petits fruits noirs (airelles, mûres, cassis), une bouche friande, souple en
attaque avec un tanin croquant, la finale apporte en plus des saveurs de fruits des bois et une note très douce de cerise confite.

Carignena de Montfin 2005 :

Une jolie robe légère d'un rubis rouge, un nez finement fruité, une bouche facile et friande avec un tanin croquant.

Domaine de Montfin -rouge- 2004 :

Une belle teinte grenat, un nez expressif de petits fruits noirs, une bouche à l'attaque souple, aux tanins croquants, qui révèle un bel équilibre sur le fruit et une finale délicate.

Domaine de Montfin -rouge- 2005 :

Une robe rouge grenat, un nez expressif et très frais de fruits rouges avec un soupçon d\'épices, une bouche fraîche souple et fruitée.

Cuvée Saint Jacques 2004 :

Une jolie robe pâle d'un jaune paille très brillant. Un nez expressif, subtil mélange de senteurs de fleurs séchées et de fruits (abricot sec, noisette). Une bouche fraîche en attaque qui s'ouvre sur des saveurs de fruits à chair blanche (poire, pêche de vigne), bien soutenue par une bonne nervosité. La finale est longue et s'épanouit sur les saveurs de fruits secs et de noisettes grillées que le nez laissait entrevoir.

Cuvée Saint Jacques 2007 :

Une jolie robe couleur d'or pâle. Un nez expressif, mélange subtil de notes d'épices et grillées amenées par le bois et de fruits à chair blanche, il évoque la tarte tatin et la poire à la cannelle. La bouche révèle une belle fraîcheur en attaque et déplie rapidement son ampleur et son velouté et distille des saveurs de pain d'épices et de caramel. La finale est soutenue et chaleureuse.


Domaine de Montfin -blanc- 2006 :

Le nez est expressif et fin, à dominante de poire, il révèle également des notes d'amande grillée et de fleurs (chèvrefeuille). La bouche est fraîche en attaque, avec des saveurs persistantes de fruits à chair blanche, bien enrobée en milieu de dégustation, elle révèle une jolie finale longue sur le fruit.

Domaine de Montfin -rosé- 2007 :

Un nez intense à dominante de petits fruits rouges, de groseille, bigarreau et framboise. La saveur de tous ces fruits se retrouve dès l'attaque en bouche et leur fraîcheur contribue à donner un aspect croquant à la dégustation, des saveurs plus épicées de raisins récoltés en garrigue prennent place jusqu'à la finale.

CONCOURS :

Concours Général Agricole de Paris :

Médaille d'Or : Cuvée Mathilde 2005

Médaille d'Argent : Cuvée Margot 2005


Concours des Grands Vins de France de Mâcon :

Médaille d'Or : Cuvée Margot 2006

Médaille d'Argent : Cuvée Marcel Cabanier 2003

Médaille de Bronze : Cuvée Margot 2005


Decanter :

Médaille d'Argent : Cuvée Mathilde 2005

Médaille de Bronze : Shirazz 2004


Concours des Grands Vins du Languedoc :

Médaille de Bronze : Cuvée Saint Jacques 2007


Concours Interprofessionnel des Corbières :

Médaille d'Or : Cuvée Saint Jacques 2006 - Cuvée Margot 2003

Médaille d'Argent : Cuvée Saint Jacques 2003


ADRESSE :

SCEA CHATEAU MONTFIN
10 Rue du Rec de l'Aire
11440 PEYRIAC DE MER
Tel: 04 68 41 93 30
Fax: 04 68 45 36 26

Email: info@chateaumontfin.com


Pour plus d'informations, veuillez vous réferer au site internet suivant :
www.chateaumontfin.fr



ATTENTION L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE | montsarratchristophe@gmail.com

Retourner au contenu | Retourner au menu